L’Association Jeunesse et Avenir (AJA) poursuit son militantisme en période de crise.

0

L’Association Jeunesse et Avenir (AJA) poursuit le militantisme en période de crise.

« Il est inutile de rappeler qu’en période de crise, la société civile a un rôle plus que primordiale. D’abord, en essayant de poursuivre ses activités comme en temps ordinaire, ce qui est un militantisme en soi, et ensuite, en focalisant ses actions sur la mobilisation et la sensibilisation des jeunes au-delà des slogans et sans récupération aucune », ce sont là les mots du président de l’Association Jeunesse et Avenir (AJA), Badreddine Bouchouirab, lorsque nous lui avons demandé comment et pourquoi cette organisation continue ses activités de manière quasiment normale. Quasiment oui, car l’AJA intensifie plus que d’habitude son usage des technologies en tablant sur des conférences en ligne via une plateforme dernier cri développée par l’équipe technique de l’association. Grâce à cette prouesse, permettant une visibilité, un suivi et des interactions fluides, les membres de l’association ont tenu à renforcer la culture du débat dans le cadre des objectifs fixés dès la création de l’AJA en 2013.

Ainsi, ce collectif de jeunes libéraux reçoit régulièrement des personnalités politiques, scientifiques, et de la société civile, en partenariat avec le gouvernement parallèle des jeunes. « C’est Le moment opportun pour éveiller les consciences, créer des synergies entre jeunes, et maintenir le lien entre ces derniers en croisant différentes visions et différents points de vue », dixit Yassine El Bahlouli, secrétaire générale de l’AJA.

« Il est important, en période de confinement imposé par l’état d’urgence sanitaire, de continuer à débattre des sujets qui touchent de très près le citoyen marocain. L’état d’urgence sanitaire ne signifie pas la suspension du débat d’idées, bien au contraire, et c’est dans ce sens que notre partenariat avec l’AJA est stratégique et de long terme», dixit Ismail El Hamraoui, président du gouvernement parallèle des jeunes (GPJ)

L’AJA via son partenariat avec gouvernement parallèle des jeunes (GPJ) a donc reçu en visioconférence des personnalités, comme Mohamed Nabil Benabdellah, secrétaire générale du PPS, Abdellatif Ouahbi, son homologue à la tête du PAM, les députées Amina Mae El Ainine et Aicha Lablaq (PJD & PPS), en plus d’inventeurs comme Mohamed Tabaa, directeur de Smarty Lab et M. Abdellah Ayache, créateur de cabines de désinfection.

« Si nous tenons à maintenir le cap de nos activités, c’est que nous avons conscience que cette période peut aussi être une opportunité pour notre pays qui pourrait repenser plusieurs de ses paradigmes économiques et sociaux et refonder son ossature sociale. Les débats sont un premier pas vers cet accomplissement », déclare M. Badreddine Bouchouirab, président de l’AJA qui tient à réitérer l’importance des campagnes de sensibilisation pendant le confinement.

Les membres de l’AJA s’y attèle dans différentes villes comme Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès, Meknès, Dakhla, Beni-Mellal, et ce « afin d’attirer l’attention des citoyens sur l’importance de respecter l’état d’urgence mais aussi de rester chez soi », précise le SG de l’Association Yassine El Bahlouli pour qui la mobilisation sociale et sociétale reste la clé de voute de l’AJA.

A noter que l’AJA en partenariat avec le GPJ reçoit, Vendredi 1er Mai 2020, Mohand Laenser, secrétaire générale du MP, à 22h30. La conférence en ligne, placée sous le thème « Le Maroc face au Coronavirus et les questions post-crise », peut être visionnée en live sur les pages officielles de l’AJA et du gouvernement parallèle des jeunes (GPJ).

https://www.facebook.com/ajamaroc/
https://www.facebook.com/ajamaroc/
https://www.facebook.com/GPJMorocco
https://www.facebook.com/GPJMorocco

Leave A Reply

Your email address will not be published.