Le Président Béji Caïd Essebsi: Un long combat pour la liberté

0

Le Président tunisien Béji Caïd Essebsi, décédé jeudi à l’âge de 93 ans, est le premier chef d’Etat élu le 21 décembre 2014 au suffrage universel démocratique de la Tunisie.
Avocat de formation, fondateur en 2012 du parti “Nidaa Tounes” (centriste), Béji Caïd Essebsi, mort à quelques mois de la fin de son mandat présidentiel, fut, dès l’Indépendance, un proche, puis un disciple de leader Habib Bourguiba, qui lui a confié les ministères de l’Intérieur et de la Défense.
Après une longue éclipse, il a été nommé en février 2011 Premier ministre après la Révolution, ce qui lui a permis de baliser le chemin vers une transition démocratique réussie.
Incontestablement, c’est sous sa présidence que le pays a cherché à sortir d’une longue et difficile période de transition, qui a souvent rencontré des vents contraires, des menaces terroristes rémanentes, des difficultés économiques persistantes et des tensions sociales permanentes. La situation géostratégique et régionale, instable et incertaine (Libye puis l’Algérie), ne l’a pas été d’un grand secours pour réaliser son rêve, restaurer le prestige de l’Etat tunisien et redonner au pays l’aura qu’il a perdu.
En dépit des deux attentats terroristes survenus le jeudi 27 juin 2019 en plein centre de la capitale Tunis, le Président Caïd Essebsi, a réussi le pari de restaurer la sécurité et la stabilité du pays, en lançant une guerre, qu’il a, à plusieurs reprises qualifiée de longue, éprouvante, coûteuse mais inévitable.
Après des épisodes tragiques, notamment du musée du Bardo, du 18 mars 2015 et celui de Sousse du 26 juin 2015, le pays a retrouvé progressivement sa stabilité, sa sécurité et l’hydre terroriste a été cantonnée dans les régions frontalières ouest (frontière algérienne) et sud-est (avec la Libye).

map

Leave A Reply

Your email address will not be published.