Des législatives décisives avant la présidentielle en Mauritanie

0

Après une fin de campagne houleuse, les Mauritaniens se rendent aux urnes samedi 1er septembre pour des élections législatives, régionales et locales qui constituent un test pour le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz, à moins d’un an de la présidentielle de la mi-2019.

Les bureaux seront ouverts de 7 h à 19 h (GMT et locale). Le scrutin, dont les premiers résultats sont attendus en début de semaine prochaine, se déroulera en l’absence d’observateurs internationaux.

Un test pour l’opposition

Contrairement aux précédentes législatives de 2013, l’opposition a cette fois décidé d’y participer, y compris dans ses composantes dites « radicales », ce qui porte au nombre record de 98 les partis politiques en lice pour ce premier tour. « Il y a un fort enjeu puisque que la majorité des formations avait boycotté les précédentes législatives en 2013. Il s’agit aujourd’hui de montrer ce que pèsent ces différents partis », explique Sarah Sakho, l’envoyée spéciale de France 24 à Nouakchott.

Alors qu’opposants et ONG dénoncent régulièrement des atteintes aux droits de l’Homme, dont l’arrestation d’un ancien sénateur et le maintien au secret d’un blogueur accusé de blasphème, la campagne électorale s’est achevée jeudi soir par des échanges acerbes entre le pouvoir et l’opposition.

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a affirmé à Noukachott que le pays était « en danger » à cause d’une opposition divisée entre, selon lui, « islamistes dangereux, extrémistes racistes et des résidus d’anciens régimes ayant mis le pays à genoux ».

« Nous devons les tenir loin des affaires par un vote massif pour l’UPR », le parti présidentiel, a-t-il lancé à ses partisans. Les islamistes « n’attendent que leur échec politique pour prendre les armes », avait-il déjà déclaré mercredi.
a f b

Leave A Reply

Your email address will not be published.